Donzac (82) mai à octobre 2021 - Les débuts du son avec la TSF et au cinéma

initiative "Piuma" en qualité studio
#51
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
Bonjour à tous,

Un petit point de situation dans cette initiative "Piuma" en qualité studio.

La question de la compression de la dynamique agite régulièrement les amateurs de la belle restitution sonore. Malheureusement, la tendance imposée par le marché de masse est plutôt d'aller vers toujours plus de compression.
Cette initiative consiste à lancer une édition du dernier opus du duo Isabelle Cirla et Joël Trolonge, à partir du mix studio sous deux formats :
- une copie numérique du mix studio (24bits/48kHz)
- une édition vinyle

Le plein accord des artistes est acquis.
Le mix studio est disponible, il reste encore à définir et à encadrer le mode de distribution.
La fabrication du vinyle demande encore un peu de travail :
- réaliser un master dédié
- faire graver les matrices
- faire presser les galettes et organiser la distribution
- se mettre au clair par rapport à la SDRM/SACEM

Le modèle économique est plus que simpliste, souscription à payer d'avance couvrant tous les coûts et frais engagés. Une opération qui ne peut pas se trouver déficitaire.
En cas de réussite, le bénéfice dégagé ira :
- aux artistes
- à Mélaudia pour la plateforme et le support de la communauté
- à une réserve pour d'autres opérations similaires à venir

Envisager cette édition vinyle m'a amené à m'intéresser à un monde dont je connaissais pas le fonctionnement dans le détail.
Le mastering vinyle est nécessaire pour intégrer les contraintes mécaniques, de la gravure, du pressage et de la lecture sur la platine de l'utilisateur final. Ce mastering peut être réalisé par le graveur, il est préférable cependant que cette étape reste sous la maîtrise de l'équipe studio en lien avec les artistes et plus proche de l’œuvre.
L'exécution de la gravure présente des options qualitatives induisant des coûts à mettre en balance :
- procédé DMM plus rapide, moins cher mais moins bon que le procédé classique des laques
- gravure en half speed cutting meilleur et plus cher
- 45T meilleur que 33T mais plus cher

Nous en sommes à 55 souscriptions, 25 LP, 18 numérique seul et 10 qui n'ont pas choisi leur camp.

a+mitiés raoul
Répondre
#52
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
Bonjour Raoul,
rliyung a écrit :Le modèle économique est plus que simpliste, souscription à payer d'avance couvrant tous les coûts et frais engagés. Une opération qui ne peut pas se trouver déficitaire.
En cas de réussite, le bénéfice dégagé ira :
- aux artistes
- à Mélaudia pour la plateforme et le support de la communauté
- à une réserve pour d'autres opérations similaires à venir
1) La simplicité ne garantit pas la transparence! On découvre que Mélaudia va marger et prendre sa part du gâteau. Si il y a "bénéfice", on s'éloigne du principe de la commande groupée.
2) Le modèle économique est une chose, le modèle contractuel en est une autre bien plus délicat à élaborer parce qu'il y a des parties prenantes externes (artistes, Sacem, fabrication, ...). Raoul ne te plantes pas car tu engages la responsabilité de l'association et de ses adhérents et pas seulement celle des souscripteurs !
@mitiés, Dominique,
Squeezebox Touch, Yamaha CD-S700, Yamaha T-D500, DAC DIY AD1865 SRPP, 2 x K209+ Grand_Floyd option Bi-Amp, Altec 515-8G/VOT, Altec 288C/pavillon Philips 15 cellules, tweeters André Klein.
Répondre
#53
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
Dominique a écrit :Bonjour Raoul,
rliyung a écrit :Le modèle économique est plus que simpliste, souscription à payer d'avance couvrant tous les coûts et frais engagés. Une opération qui ne peut pas se trouver déficitaire.
En cas de réussite, le bénéfice dégagé ira :
- aux artistes
- à Mélaudia pour la plateforme et le support de la communauté
- à une réserve pour d'autres opérations similaires à venir
1) La simplicité ne garantit pas la transparence! On découvre que Mélaudia va marger et prendre sa part du gâteau.
2) Le modèle économique est une chose, le modèle contractuel en est une autre bien plus délicat à élaborer parce qu'il y a des parties prenantes externes (artistes, Sacem, fabrication, ...). Raoul ne te plantes pas car tu engages la responsabilité de l'association et de ses adhérents et pas seulement celle des souscripteurs !

ça me fait penser que je ne suis plus adhérent depuis des années : Ablon, c'est loin, mais c'est pas une raison !
C'est combien la cotisation ?
Il n'est pire sourd que moi
Yves
Répondre
#54
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
Dominique a écrit :...
Raoul ne te plantes pas car tu engages la responsabilité de l'association et de ses adhérents et pas seulement celle des souscripteurs !

Bonjour Dominique,

Je te savais sourcilleux sur ces points. Je me pose moi-même un certain nombre de questions et je me proposais de te consulter plus précisément.

a+mitiés raoul
Répondre
#55
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
YvesA a écrit :...
ça me fait penser que je ne suis plus adhérent depuis des années : Ablon, c'est loin, mais c'est pas une raison !
C'est combien la cotisation ?

Bonjour Yves,

Pour ceux qui sont loin c'est 5EUR (plus selon affinités).

a+mitiés raoul
Répondre
#56
RE: initiative "Piuma" en qualité studio
rliyung a écrit :Une opération qui ne peut pas se trouver déficitaire.

Parfois une opération toute simple (comme enterrer une ligne téléphonique) peut prendre du retard et exploser le budget.

   

PFB

PS je prend le fichier et le disque
Enceintes de 300W plastoc+subwoofer de 300W replastoc. 60 millions d'albums sous l'index et 3000 disques sur étagère.
Répondre
#57
RE: initiative "Piuma" en qualité studio
Bonjour,

Je serais preneur des deux supports.

Jean-Michel
VOTT 416-8C + 299-8A/Vitavox CN 123 + Faital HF10 AK/511B - K 209 Grand-Floyd + SRPP ANZAI + PRE-PRE HIRAGA + DL103/MICRO SEIKI BL10 - Revox B 760 - Volumio/Allo Boss/Pi3
Répondre
#58
RE: on se compte : qui veut des enregistrements qualité studio ?
rliyung a écrit :Le mastering vinyle est nécessaire pour intégrer les contraintes mécaniques, de la gravure, du pressage et de la lecture sur la platine de l'utilisateur final. Ce mastering peut être réalisé par le graveur, il est préférable cependant que cette étape reste sous la maîtrise de l'équipe studio en lien avec les artistes et plus proche de l’œuvre.

Bonjour,

Dans le temps jadis, on faisait appel à un ingénieur de gravure, j'ai assisté à quelques séances. Cela se pratique encore aujourd'hui mais avec de bien d'autres techniques, souvent full numériques, et certaines transcription récentes que j'ai pu observer de loin m'ont laissé entre sourire et larmes.
A l'époque donc il fallait compresser, filtrer, égaliser, principalement pour que l'ensemble de l’œuvre puisse rentrer sur la surface disponible. Plus on veut du niveau max, de la dynamique, de l'étendue fréquentiel vers le bas, et plus cela impact la taille du sillon et donc la durée possible. A mon sens, il faut consulter le graveur pour pouvoir établir communément (artistes et technique) une durée d'enregistrement compatible avec la qualité que l'on veut obtenir.

Salutation

Rémy
Répondre
#59
RE: initiative "Piuma" en qualité studio
_


Répondre
#60
RE: initiative "Piuma" en qualité studio
Bonjour Raoul,
lors de mon engagement dans ce projet, je n'ai pas précisé le format qui m'intéressait. Je souhaiterais disposer d'un vinyle (je ne peux lire que du 33 tr/min), d'un CD et d'un fichier.
Bonne journée
Patrick
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)