projet "After The Rain" en qualité studio

Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
#41
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
tonipe a écrit :Je tiens d'ailleurs à rappeler que dans ce type de tournage, tout les niveaux audio sont laissés au bon plaisir des automatismes de la caméra et que toutes les prises de son sont généralement effectuées sans filtre coupe bas inséré avant le CAG de la dite caméra.

Caméra, tournage, avec contrôle automatique de gain... !!!
profil reportage semi amateur, pas vraiment de rapport avec la prise de son musique, encore moins avec le vinyle.
Répondre
#42
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
xn a écrit :Ca me va parfaitement Raoul car c'est très juste.
PS : Etienne n'est pas XavierBig Grin

+1

Mes amitiés à vous deux.

Etienne
Mon projet - "Ne soutiens jamais par colère quelque fait que ce soit, surtout s'il est douteux : La raison vainement t'offrira sa lumière, lorsque la passion te fermera les yeux." Denys Caton
Répondre
#43
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
jimbee a écrit :
tonipe a écrit :Je tiens d'ailleurs à rappeler que dans ce type de tournage, tout les niveaux audio sont laissés au bon plaisir des automatismes de la caméra et que toutes les prises de son sont généralement effectuées sans filtre coupe bas inséré avant le CAG de la dite caméra.

Caméra, tournage, avec contrôle automatique de gain... !!!
profil reportage semi amateur, pas vraiment de rapport avec la prise de son musique, encore moins avec le vinyle.

C'est clair qu'une prise de son avec CAG et sans passe bas fixé très bas ! tout est perdu déja dès la prise de son !
Une bonne prise de son doit avant tout se faire à gain fixe.
Advance X-UNI, mini-DSP OpenDRC DA-8, Monitor Actives Accuton AS250-4-552, ATC SM75-150S, Monacor DT-25N + deux Sub Monacor SPH450TC
Répondre
#44
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
_


Répondre
#45
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
jimbee a écrit :
tonipe a écrit :Je tiens d'ailleurs à rappeler que dans ce type de tournage, tout les niveaux audio sont laissés au bon plaisir des automatismes de la caméra et que toutes les prises de son sont généralement effectuées sans filtre coupe bas inséré avant le CAG de la dite caméra.

Caméra, tournage, avec contrôle automatique de gain... !!!
profil reportage semi amateur, pas vraiment de rapport avec la prise de son musique, encore moins avec le vinyle.

Sur un canal TV dédié à la musique jazz, classique, l'Opéra et les ballets comme "Mez....", je fais le même constat affligeant que Dominique. La musique est complètement compressé dynamiquement c'est totalement insipide à en devenir inécoutable. Pourtant ces labellisé HD au moment de la diffusion.
La prise de son n'est peut-être pas automatique mais le résultat final sur cette chaîne est systématiquement mauvais.
Mon projet - "Ne soutiens jamais par colère quelque fait que ce soit, surtout s'il est douteux : La raison vainement t'offrira sa lumière, lorsque la passion te fermera les yeux." Denys Caton
Répondre
#46
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
Etmo a écrit :Sur un canal TV dédié à la musique classique, l'Opéra et les ballets comme "Mez....", je fais le même constat affligeant que Dominique. La musique est complètement compressé dynamiquement c'est totalement insipide à en devenir inécoutable. Pourtant ces labellisé HD au moment de la diffusion.

Il y a le cas, navrant mais assez courant, où le mixage pad est très correct, malgré une compression dynamique oui, mais maitrisée
(et plutôt utile) et que le diffuseur en ajoute une grosse couche avec sa "machine" automatique débile.
Répondre
#47
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
jimbee a écrit :
tonipe a écrit :Je tiens d'ailleurs à rappeler que dans ce type de tournage, tout les niveaux audio sont laissés au bon plaisir des automatismes de la caméra et que toutes les prises de son sont généralement effectuées sans filtre coupe bas inséré avant le CAG de la dite caméra.

Caméra, tournage, avec contrôle automatique de gain... !!!
profil reportage semi amateur, pas vraiment de rapport avec la prise de son musique, encore moins avec le vinyle.

Ce n'est pas directement le sujet mais ça apporte un éclairage bienvenu.
L'apport de Dominique est intéressant, il ne traite pas de l'enregistrement de musique mais il illustre très bien cet objectif final de diffusion.
De plus, il est servi par les mêmes personnes qui officient aussi côté musique et dans d'autres registres (la scène pour ne prendre qu'un seul exemple).
Répondre
#48
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
rliyung a écrit :Ce n'est pas directement le sujet mais ça apporte un éclairage bienvenu.
L'apport de Dominique est intéressant, il ne traite pas de l'enregistrement de musique mais il illustre très bien cet objectif final de diffusion.

Ouais, bof si

"tous les niveaux audio sont laissés au bon plaisir des automatismes de la caméra"

non, là, c'est le niveau zéro du débutant ou le reportage de guerre,
et faut se demm. au mixage pour sauver les meubles.
Répondre
#49
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
forr a écrit :
tonipe a écrit :Depuis je critique les [...]
Les trois petits points représentent beaucoup de monde.
Mais vous, en retour, la moindre critique que l'on vous adresse... bonjour !

forr,

Sur ce sujet précis, je ne trouve rien à reprocher à Dominique.
Il faut parfois désarmer.

a+mitiés raoul
Répondre
#50
RE: Pourquoi on peut s'autoriser à préférer le vinyle au numérique
YvesA a écrit :... Je suis en train de m'intéresser à Folkways et au catalogue du Smithonian, pour les mêmes raisons : enregistrements honnêtes, mastering limité, résultats parfois "brut de coffrage"...

Hop au boulot !

Merci Yves! Je vais explorer cette maison d'édition que je ne connaissais pas.

Sébastien
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)