Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Argument de choc. qui ne démontre en rien ton hypothèse. Navrant que tu veuilles l'imposer à coups de bâtons.
Les dialogues de Michel Audiard, je comprend aisément que tu ne puisses t'en lasser. Tu as vu "Ne nous fachons pas"?
En complément tu peux aussi te fier à Brassens https://www.youtube.com/watch?v=zMALuEYxK6U,
ou aux thons de Jacques Hélian.https://www.google.com/search?client=fir...+des+Thons
Répondre
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Bonsoir Jean-Claude,
(01/09/2021-07:37:04)JCB a écrit : Tu as vu "Ne nous fâchons pas"?
Bien sûr ! J'adore...

Bien à toi, Jean-Marc.
Répondre
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Dans Electronic World  de Novembre 96, page 897, apparait un amplificateur hybride (Sc + tubes) qui devrait plaire à 6336A. En première analyse il me semble que le soucis de la symétrie est respecté.  https://worldradiohistory.com/UK/Wireles...-S-OCR.pdf
Répondre
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Bonjour à tous

En effet, la symétrie est parfaite, ce déphaseur diff. me semble bien étudié, du moins pour ce circuit.
Chacune de ses sorties se fait à un potentiel continu de -31V, ce qui permet la liaison directe avec les EL34.
Sur charge de 100K il doit être capable de fournir sur chaque branche une trentaine de Vcc, et le condensateur en entrée me parait inutile.
L'humour est le seul vaccin contre la connerie… Le con lui n’a jamais trouvé la pharmacie ! (Aphorismes et Blues - Pierre Perret 2020)
Jean François
Répondre
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Le Circlotron bénéficie d'une parfaite symétrie accompagnée d'une parfaite complémentarité. Le schéma d'une étude menée conjointement  avec le tenace et sympathique Ultimate86
Circlotron-Circlop
La Simulation, les schéma de réalisation + protection, et du PCB sont présents sur mon blog à l'adresse: Circlop
Répondre
RE: Le facteur d'amortissement idéal pour les nuls
Je reviens sur la définition peu utilisée de la configuration émetteur commun :
Émetteur commun : sur schéma dynamique (alimentation shuntée) électrode commune à la tension d'entrée et à la tension de sortie.

   

Traversée par un courant provenant d'une source à haute impédance, on peut considérer la résistance Rcp comme une source de tension flottante (d'impédance modeste) reliant la base à l'émetteur, ce dernier est donc commun à la tension d'entrée et à la tension de sortie. Cela ne l'empêche pas de conserver sa propriété de suiveur de la tension de base.

J'ai simulé les schémas de Jsilvestre et ai buté sur l'inégalité des gains en tension de sortie des deux branches en l'absence de résistance d'émetteur pour le transistor NPN. En prenant une résistance interne d'émetteur de 2.9 Ω pour 10.3 mA de courant de repos dans les transistors NPN, le gain en tension calculé de la paire de transistors d'une branche (RB/Re * RS/RE) est de 1348 fois.

Il est de 451 et 571 fois sur mes schémas.

   
Avec l'insertion dans mes schémas d'une véritable résistance d'émetteur comme c'est le cas sur les schémas de Joël, les gains des deux branches se rapprochent sensiblement.
Je me suis posé la question de savoir si je ne faisais pas une grosse bourde quelque part mais ne suis pas arrivé à en déterrer une.

D'autres simulations ont donné des résultats intéressants :
- cascoder les transistors NPN améliore l'égalité de gain des branches.
- un montage en pont diminue sensiblement, de 3 à 4 fois, la distorsion par harmonique 2.
J'ai hélas effacé par erreur les fichiers.
Tout est difficile avant d'être simple. Thomas Fuller
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)