MELAUDIA :: forums

Version complète : un nouveau lieu d'écoute
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Bonjour à tous,

Certains d'entre vous ont surement vu cette annonce dans d'autres forums. Je l'insère néanmoins ici pour nous faire connaître au plus grand nombre.

Je poste en premier une annonce qui explique qui nous sommes, puis une autre qui vous donne rendez-vous à notre première écoute de systèmes amateurs.

Bonnes lecture, à bientôt ! https://forums.melaudia.net/images/smilies/shy.gif
Bonjour à tous,

Voici le premier message de notre association les Amis du Son qui explique notre genèse. Elle fut publiée initialement dans Le forum de le Haute Fidélité/Delphi.

Tous les DIYeurs, constructeurs, développeurs, inventeurs, de ce forum qui élaborent un système, un hp, un ampli, ou n'importe quoi qui touche à la reproduction sonore, sont confrontés à un problème récurrent : comment faire écouter le produit de leurs efforts ? Je parcours ce forum et les autres depuis pas mal de temps, et je vois souvent que les lecteurs intéressés aimeraient bien pouvoir assister à une présentation d'un nouveau produit, mais ne peuvent se déplacer chez celui qui l'a mis au point (on n'a pas son adresse, c'est loin, il a des horaires pas possibles ,ƒ∂.). C'est pourquoi je me suis mis en quête d'un lieu de rencontre doté d'une qualité acoustique de bon niveau, pouvant accueillir tous les admirateurs et les constructeurs pour une écoute, pas loin du centre de Paris, et ouvert tout le temps et surtout le samedi ET le dimanche (très rare, pour ne pas dire unique en France !)

Ce lieu, c'est l'auditorium d'une médiathèque de 4000m² située non loin de Paris et desservie très rapidement par les transports en commun : la médiathèque Georges Brassens, située à Drancy en Seine-Saint-Denis.

Vous en avez une présentation sur les sites suivants :
http://www.le-bourget.fr/La-Mediatheque-...rancy.html
http://www.lebourget-drancy.org/opacwebaloes/index.aspx
L'auditorium fait environ 140m² avec 13m sur 11m, et 4m de hauteur de plafond. Il offre une acoustique assez mate, très neutre, dépourvue de tout écho parasite. Il peut accueillir une centaine de personnes. Il dispose d'un parking de 100 places, avec des ascenseurs permettant de déplacer aisément les matériels sur chariot jusqu'à la salle de l'auditorium. La médiathèque est située à 10 mn à pied de la station " Le Bourget " de la ligne RER B, direction Roissy Charles-de-Gaulle (à 15 mn du Chatelet). Le bus 143 vous prend à la gare et vous dépose devant. Pratique pour tous. Elle est ouverte le samedi de 10h à 18h et le dimanche de 14 à 18h. Pour une écoute en week-end, on installe et on règle le samedi matin, la séance d'écoute peut démarrer en début d'après-midi jusqu'à 18h. On laisse le matériel sur place la nuit. Le dimanche 14h, poursuite de l'écoute, puis démontage vers 17h et restitution des lieux à 18h.

J'ai créé une association culturelle, " Les Amis du Son ", afin de pouvoir solliciter de la Mairie de Drancy l'autorisation d'utiliser l'auditorium de cette médiathèque. Et j'ai obtenu cet accord. Désormais, tous les amateurs (et éventuellement professionnels débutants) peuvent s'adresser à notre association pour organiser des écoutes de leurs matériels et systèmes audio/vidéo, ou venir assister aux écoutes. Je vous invite à prendre contact avec moi pour démarrer cette activité. Je m'appelle Christian LE DALOUR, l'adresse e-mail de l'association est : lesamisduson@free.fr
J'attends vos propositions pour planifier avec la Direction de la Médiathèque les écoutes futures en fonction des disponibilités de l'auditorium. Les dates pour cette année devraient être situées fin juin, fin septembre, fin décembre. Je publierai le programme résultant au fur et à mesure de vos demandes. Les années suivantes, nous pourrons compter sur 5 séances annuelles.

Je dépose cette annonce dans "comptes rendu de mes écoutes", parce que j'espère que cette initiative sera suivi de beaucoup d'échanges sur ce forum, et d'autres, pour entretenir la flamme qui anime tous les amis du son.

A bientôt, les Amis du Son !


Salutations à tous les amateurs d'écoutes,

Les (peu nombreux) candidats pour exposer des matériels à écouter pour le week-end du 25/26 juin à l'auditorium Georges Brassens se sont réunis pour arrêter le contenu des écoutes. Il était temps, il ne reste que 3 semaines, et ceci clôt les candidatures pour cette date.

Il y aura d'abord une présentation d'un exemplaire original de Voix du Théâtre version 5X en 2 voies. Elle a beaucoup travaillé telle que dans un cinéma parisien avant de prendre une retraite méritée chez un amateur de beau son. Elle est fameuse dans la littérature hifiesque, mais beaucoup ne l'ont jamais encore écoutée dans une version authentique.
Puis on passera à une extension dans le bas du spectre en lui donnant le renfort du grand panneau LS150, dont on a beaucoup parlé sans le voir. Il paraîtra en public ici pour la première fois. Dans cette salle de 500 mètres-cubes, il saura sans nul doute démontrer ses immenses capacités. Si comme on peut s'y attendre l'aigu a besoin d'être soutenu, on complémentera avec un tweeter qui va bien.

Et on prendra le temps de déguster ce système à 4 voies jamais entendu nulle part, qui nous promet le grand son.

Deuxième parcours. On veut savoir si le Janus est réellement une alternative intéressante aux pavillons. On enlève le pavillon 1005+288B pour le remplacer par un Janus construit sous licence. On écoute, on échange nos impressions.
Là également, on écoute cette VoT new-look en la dotant de l'extension dans les profondeurs du grave avec le LS150, et on verra bien si le Janus se suffit à lui même ou si un tweeter est indispensable.

Deuxième moment de gourmandise musicale à l'écoute d'un système 4 voies très original qui ne devrait laisser personne indifférent.

Enfin, pour le dessert, quelque chose d'un peu fou.
Janus et LS150, tous deux en quasi large bande. Tout simplement. Les chiffres disent que ça ne doit pas marcher. Mais il faut savoir vivre dangereusement...

Cela promet d'être une expérience réellement exclusive.

Les horaires d'écoute sont les suivants : Samedi 25 de 13h à 18h, et le dimanche 26 de 14h à 16h.
Venez nombreux écouter et échanger, vivre un moment sympathique et convivial baigné de sonorités réellement inou?ÿes.

Les Amis du Son.
Zut, je serais en congés Sad
Les Amis du Son a écrit :Salutations à tous les amateurs d'écoutes,

...

Les horaires d'écoute sont les suivants : Samedi 25 de 13h à 18h, et le dimanche 26 de 14h à 16h.
Venez nombreux écouter et échanger, vivre un moment sympathique et convivial baigné de sonorités réellement inou?ÿes.

Les Amis du Son.

Salut Christian,

Comme je te le disais au téléphone, cet autre rendez-vous m'empêchera d'y être :
http://www.festivaldjangoreinhardt.com/

Bonnes écoutes.

a+mitiés raoul
Bonjour,

Tout d'abord merci à Christian LE DALOUR et à l'association " les Amis du Son " pour nous avoir ouvert les portes de l'auditorium de la médiathèque de Drancy. Merci aussi à Claude Lacroix, Jean-Yves Soria, Jean-René Pruvost et à ceux que je ne connais pas pour avoir amené du matériel.

L'auditorium de la médiathèque de Drancy a une sonorité très mate, pas vraiment de résonance marquée mais une trop grande absorption dans l'aigu à mon goût. Il faudrait pouvoir disposer, ça et là, des panneaux semi réfléchissants pour le rendre un peu moins absorbant. Mais globalement ce n'est pas lui qui pénalise l'écoute et les caractéristiques de cet auditorium sont bien meilleures que celles de la salle de gym du centre aéré de Rueil souvent utilisée par l'association Mélaudia pour les écoutes accompagnant les rencontres qu'elle organise.

Dimanche après-midi, le système a été écouté essentiellement dans sa version 3 voies:

LS150 au dessous de 50Hz + Voix du Théatre avec passe-bas + Janus 50 non filtré

Dans une perspective d'écoute décontractée ce système possède des qualités de présence et d'expression que personne ne peut nier.

Les conditions d'écoute du Dimanche ne permettaient pas au LS150 d'Infraplanar de s'exprimer, probablement à cause d'une coupure trop basse (50Hz) du filtre passe-bas. J'ai eu beaucoup de mal à percevoir ce que le LS150 apportait. Le test du grand tuyau d'orgue de 10 mètres de long du disque de Guillou sur le LS150 seul ne m'a pas du tout convaincu (du bruit blanc sans vraiment d'extrême-grave) pas plus que les grands tambours de la bande-original du film Himalaya (la vibration des peaux des grands tambours ne m'a pas semblé naturelle mais c'était surtout la VOT qui travaillait). Je suis un peu biaisé dans mes commentaires car il se trouve que, le samedi de la semaine précédente, j'étais avec deux autres audiophiles (et leurs compagnes) chez mon ami Didier Hurtebize et que l'on a passé à niveau frisant l'insupportable des enregistrements ayant à la fois une grande dynamique et un extrême-grave très présent. Les deux caissons BR de grand volume à JBL W15GTI du système de Didier n'ont jamais flanché et procuraient un ressenti physique de l'extrême grave dépassant la seule audibilité, toutes choses aucunement ressenties avec les LS150 à Drancy. (Par contre de l'extrême-grave j'en ai bien entendu sur le chemin entre la station du RER et l'auditorium lors de la démonstration aérienne du bombardier Beriev 200 puis de l'avion de combat Rafale de Dassault dans le cadre du Salon de l'Aviation" au Bourget.)

L'écoute à Drancy est également loin d'être de type monitor et c'est le Janus 50 qui est responsable pour la plus grande part de la personnalité sonore du système écouté. Une des qualités du Janus 50 c'est la simplicité de mise en œuvre notamment du point de vue du filtrage et de l'alignement avec le haut-parleur de grave, pas de prise de tête comme on peut en avoir avec un système multivoies à pavillons, une autre qualité est une écoute confortable avec une grande présence. Je comprends parfaitement l'attractivité liée à ce haut-parleur qui j'en suis sur peut convenir à une majorité non audiophile. Qui plus est, son aspect inhabituel mais pas désagréable et ses dimensions raisonnables (son faible encombrement en profondeur notamment) font qu'il peut-être plus facilement accepté dans une salle de séjour classique qu'un système "full-pavillon".

La question qui nous intéresse ensuite est de savoir si ce haut-parleur peut satisfaire l'audiophile exigeant ? Pour y répondre il faut s'éloigner de l'écoute décontractée et pratiquer une écoute critique (ce que je sais assez bien faire, même lors d'une écoute en public). Un des principaux traits de la personnalité sonore du Janus 50 (que j'ai aussi trouvé lors de mes écoutes précédentes d'un Janus 50 et d'un Rubano?ÿde) est une difficulté à différencier suffisamment les différentes prises de son et les mixages. On devrait s'attendre à ce qu'entre un enregistrement des années 50 en concert et un enregistrement récent effectué en studio on perçoive une plus grande différence. Ici, quelque soit le morceau il est imparablement affublé d'une signature sonore propre au Janus 50 et qui lui colle à la peau en permanence.

Cette signature sonore est un mélange de diverses qualités (on peut citer notamment une homogénéité certaine due probablement à l'absence de filtrage dans le médium ,ƒ∂) et de non moins divers défauts qui empêchent malheureusement l'émotion de s'épanouir. C'était très net sur des morceaux qui, lorsqu'ils sont bien reproduits (Brel, Montand,ƒ∂), arrivent à me faire hérisser les poils de bras, à Drancy, rien de tout cela,ƒ∂

Définition : les audiophiles aptes à capter et apprécier les détails présents dans les enregistrement et si souvent décriés par les non-audiophiles auront beaucoup de mal à repérer, bruits de hanche, frottements du crin sur la corde, rebond de la baguette,ƒ∂ ces détails (lorsqu'ils existent dans l'enregistrement ) semblent gommés.

Dynamique, Timbres : Pour tout dire, malgré une amélioration que j'ai ressentie sur le haut-médium à l'écoute de ce Janus moderne par rapport à celui que j'avais écouté il y a 2 ans, j'ai globalement retrouvé les mêmes qualités et les mêmes défauts. Une chose qui me gêne est une dynamique qui est différemment distribuée suivant les registres, plus forte pour le médium et plus faible pour le grave. J'ai aussi éprouvé un peu de fatigue auditive au bout de la séance qui a duré 2heures et demi.

Transitoires : attaques et filé : Je ne comprends pas comment certains peuvent affirmer que le Janus fournit de bonnes attaques. Les attaques sont quasiment toujours déformées et l'attaque est à la fois moins dynamique (comme étêtée), et anormalement prolongée. Dans certains cas on frise même l'effet " noise-gate " avec disparition plus ou moins complète de l'attaque et quand un violoncelle commence à prendre des sonorités de clarinette basse je deviens perplexe.

Quant au filé qui devrait prolonger certaines notes, il est remplacé par une sorte de sonorité auréolée. Les clochettes, ou autres percussions métalliques ou en verre y perdent beaucoup de véracité, seules les percussions en bois sont reproduites avec un certain naturel.

Dynamique, silence entre les notes. Un des effets du Janus 50, qui est sans doute à rapprocher du caractère " auréolé " des notes est de remplacer le silence entre les notes, quand il existe sur l'enregistrement, par une sorte de halo, de fantôme de la note. Cet effet est à mon avis responsable du manque de nuance que prend la reproduction, et de son caractère systématique (le " son Janus 50 ") déjà mentionné. Une caractéristique que j'ai ressenti également au cours de mes écoutes antérieures du Janus et du Rubano?ÿde est que le son parait puissant, quelque soit le niveau d'enregistrement. J'attribue cela à une certaine forme d'écrêtage doux un peu semblable à celui qu'on obtient avec des amplis monotriodes. Ce n'est pas obligatoirement un défaut, mais pas non plus une marque de fidélité.

Une autre remarque présente dans mes notes écrites prises ce dimanche lors de l'écoute est la difficulté à suivre une ligne mélodique de contrebasse ou de basse électrique (c'est peut,ƒÏêtre en partie du aux VOT) qui ne participent à la musique que par leur effet rythmique. Le grave est pour moi la partie la plus faible du Janus 50. Toutefois le bas-médium s'en sort mieux et les voix d'hommes sont bien reproduites ainsi que les cuivres (qui sont les instruments qu'il reproduit le mieux).

Soundstage_image sonore 3D : J'établis une grande différence entre le sound-stage (largeur profondeur de la scène sonore) et l'image sonore 3D (ou "holographie sonore" impliquant un respect du positionnement absolu et relatif des instruments et éventuellement de leurs dimensions ). Le sound stage à Drancy était large mais sans débordement excessif (probablement du à un amortissement des réflexions primaires précoces) et sur certains morceaux on pouvait parfois aussi percevoir une notion de profondeur. La scène sonore remplit bien l'espace entre les haut-parleurs mais les positions des instruments peinent à sortir du rectangle situé entre les deux haut-parleurs et j'ai ressenti un certain manque d'aération de la scène sonore qui la plupart du temps reste trop compacte. Le système ne procure pas non plus un positionnement 3D précis des instruments (manque de focalisation).




Claude Lacroix nous a présenté la courbe de réponse mesurée en champ libre du Janus 50 écouté. Elle est peu différente de celle que j'ai mesurée il y a 2 ans. La courbe présente une superbe annulation vers 1200Hz. Il existe également une telle annulation à la même fréquence sur la mesure que j'ai faite en extérieure en 2009. Il est facile de montrer que cette annulation provient de l'interférence entre deux ondes de polarité opposée et ayant entre elles une différence de marche de 28 centimètres (ce qui expliquerait aussi le " dédoublement " perçu sur les attaques).

Un vilain audiophile (non, ce n'est pas moi) a voulu passer en fin de séance l' Ouverture de " 1812 " avec les fameux coups de canon. C'était très amusant de voir l'affolement de toutes ces membranes (suivi par l'affolement de Jean-Yves Soria). Son et image pour le final ! Le sommet de ce moment a été atteint lorsque les haut-parleurs venant à talonner, un premier amortissant placé entre circuit magnétique et membrane du Janus s'est envolé, suivi au second coup de canon par un autre. Pendant que le Janus 50 perdait ses protections (temporaires pour ne pas dire " périodiques ") le LS150 jouait au T-shirt mouillé et nous laissait apercevoir au plus fort du talonnage, la plastique de son circuit magnétique,ƒ∂ Merci encore aux Amis du Son pour ce grand moment d'émotion (probablement le seul de l'après-midi) !

En conclusion, je dirai que mes critiques d'audiophile intransigeant ne doivent pas dissuader les autres à s'intéresser au Janus 50 que je décrirai comme un haut-parleur facile à vivre car facile à mettre en oeuvre et à l'écoute confortable.

J'encourage Christian Le Dalour, que je remercie encore pour ses efforts louables, à renouveler ce type de rencontre qui permet, loin des querelles verbales des forums de remettre un peu les choses en place,ƒ∂

Cordiales salutations,

Jean-Michel Le Cléac'h
Jean-Michel,
Merci pour ce très consistant audit de notre rencontre d'écoute. Dommage que tu n'aies pu participer à l'écoute du samedi.
Sans aller aussi loin dans l'analyse des effets et des causes, qui restent de toute manière fondée sur un substrat personnel, et ne voulant pas me situer à un niveau de dissection aussi précis, j'en partage néanmoins un certain nombre de conclusions. Particulièrement celles qui mettent en cause les conditions un peu folkloriques ,ƒÏosons le dire ,ƒÏ de la mise en œuvre. Je remercie en particulier Jean-Yves dont la réactivité et le savoir-faire ont permis d'y pallier avec beaucoup de bonheur.

Il est clair que pour cette première, nous avons rapproché des matériels sans réglages préalables, sans répétition, dans une salle nouvelle, et dans une joyeuse ambiance amicale à l'opposé d'une rigueur de laboratoire scientifique, et que les systèmes successifs que nous avons écoutés ne peuvent objectivement se comparer à un système installé et soigneusement peaufiné au fil de nombreuses écoutes, seul ou aidé par des amis de passage, dans le calme d'un salon domestique maîtrisé.

Le temps nous donnera les fruits du savoir-faire en matière de réglages et affinages aussi bien que d'organisation pour nos réunions d'écoute, comme en bénéficie par exemple Mélaudia depuis 5 ans qu'elle existe. Mais il restera toujours vrai qu'une rencontre qui ne peut échapper à une part d'improvisé ne saurait se comparer à ta visite de la semaine précédente que tu cites comme en référence.

Je prends cette contribution que tu nous livres, comme un point d'appui pour aller de l'avant dans la recherche d'une amélioration continue de nos prestations pour ce genre de réunion, qui je l'espère, continuera d'attirer aussi bien des amateurs en recherche de beau son que des audiophiles intransigeants.
Il est clair que d'autres auditeurs n'ont pas partagé tes impressions d'écoute et ont pu manifester les leurs dans leur compte-rendu déjà publié (Dans Delphi/ Haute Fidélité). La " délégation " de Mélaudia ayant été nombreuse ce samedi, j'espère lire encore d'autres CR émanant d'auditeur à capacité d'analyse élevée, ou qui veulent simlement livrer leur ressenti. La variété des sensations perçues par des personnes recevant au même endroit, devant les mêmes installations, des ressentis d'une même écoute restera toujours un mystère insondable. Affaire de culture, d'éducation, de pratique, d'entrainement, de mesures, de connaissances,ƒ∂ ? Je reconnais mon incompétence à résoudre cette équation-là, pourvu que le plaisir demeure,ƒ∂

Pour finir, je renouvelle à Raoul mon invitation à me contacter lorsqu'il envisagera de présenter un système d'exception dans une salle qui rendra justice à ses qualités.

Christian.
Bonsoir Jean Michel,

Merci pour ce compte rendu très complet.
Pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'être là et, par ailleurs, qui ont la chance de te connaître, ton texte est très complet... Wink

Julien
Merci à Jean-Michel pour ce compte rendu.

Le LS150 étant un dipôle, je me demande si son placement dans l'auditorium était comparable à ce qu'il peut être dans une grande pièce (distance au mur arrière, utilisation d'un angle de la pièce,...)

Thierry