MELAUDIA :: forums

Version complète : Visite chez escartefigue
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22
Etmo a écrit :
jimbee a écrit :
tientien a écrit :Pour moi le son n'est pas une variation de pression

Ce qu'on ose cependant faire croire, quel scandale!

Attention nous avons affaire à un complot d'envergure international et qui a débuté dans l'antiquité. :O)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Acoustique

Mais grace aux réseaux sociaux cette conspirations millénaire prendra fin.

Oui, en même temps que la terre est devenue plate......mais ce n'est pas grâce aux réseaux sociaux que l'on va en sortir.

Amicalement,
Etienne
tientien a écrit :
PFB a écrit :Tu négliges l'influence d'une source secondaire due à une diffraction.

tientien a écrit :Pour moi le son n'est pas une variation de pression parce que seule la présence du micro la provoque.

Hein?
PFB
Bon, d'où tu sors la source secondaire dans une chambre sourde ?

Non, d'un obstacle sur le chemin de propagation d'une onde.

PFB
Hello,

Mais en quoi ce que je dis est contraire à la théorie ? Je vais juste un peu plus loin.... le micro détecte une pression, c'est ce que la théorie dit ! Et je suis d'accord !

La différence est infime, ce n'est pas une pression atmosphérique, c'est une pression différentielle.....quand un hp bouge, il fait bouger des particules d'air qui se mettent en mouvement ! Un mouvement entretenu dans un milieu élastique provoquerait plutôt une accélération.

D'autre part, le son doit être en accord avec la théorie, avec l'équation fondamentale : celle de Gay-Lussac. On doit donc étudier les variations de ses différentes composantes en fonction du temps.
Si je compte bien cela fait cinq variables, le température, la pression et les trois variables du volume.

On ne peut détecter la température, donc elle ne varierait pas ! On peut donc la remplacer par zéro, si on suit les règles de l'algèbre élémentaire. Le volume ne changeant pas, la variation de pression est aussi égale à zéro. C'est en concordance avec ce que je dis !

Il ne reste que la variation du volume... comme ses dimensions ne varient pas, c'est donc dans le volume qu'elles se font.... le mouvement des particules.

C'est une autre façon de voir les choses.... différemment.

Amicalement,
Etienne
tientien a écrit :Un mouvement entretenu dans un milieu élastique provoquerait plutôt une accélération.
Est-ce que tu ne viens de regarder Retour Vers le Futur?

PFB
tientien a écrit :D'autre part, le son doit être en accord avec la théorie, avec l'équation fondamentale : celle de Gay-Lussac.

Plutôt l'équation des gaz parfait, mais sous l'angle de la Loi de Boyle-Mariotte, ça devrait faire tilt !
PFB a écrit :
Zilwicki a écrit :Le micro intègre les différentes ondes de pression arrivant de toutes les directions (sauf en hautes fréquences où il commence à être directif).

Il représente l'énergie acoustique qui est présente au niveau du pavillon de l'oreille. Il représente le son tel qu'il est pas tel q'on le perçoit mais
il s'agit d'un élément tangible et reproductible. C'est ce qui se passe derrière qui n'est pas de la métrologie et qui est hautement subjectif.

Je pense que le microphone transforme en une tension une pression à laquelle il est soumis. Il ne représente pas la pression à l'intérieur d’une partie inconnue du pavillon de l'oreille ou mieux du conduit auditif, car il ne tient pas compte de la fonction de transfert de la tête humaine.

Zilwicki a écrit :C'est ce qui se passe derrière qui n'est pas de la métrologie et qui est hautement subjectif.

"se qui se passe derrière" ou plus exactement selon des incidences normées sont parfaitement décrites, quantifiées et mesurées, c'est la fonction de transfert de la tête ou du buste humain HRTF (Head Related Transfert Function). L'HRTF est généralement perdue lors enregistrements de studio baclés, l'industrie de la musique préfère synthétiser l'HRTF perdue par un travail d'illusion plus ou moins bien réalisé.

Lors d'une écoute au casque j'ai vécu l'expérience de l'insertion numérique du modèle de l'HRFT, enregistrement l'ayant perdu, ce fut bluffant.

PFB

J'ai volontairement simplifié en parlant du seul pavillon de l'oreille. Cela dit c'est lui le principal dans le cadre d'une écoute sur un plan horizontal, le buste et en particulier les épaules étant pertinentes sur le positionnement en hauteur.
lanone a écrit :Pour moi le son n'est pas une variation de pression ...

Pour toi peut-être, mais pas pour le reste du monde Big Grin

L'audiophile est un être affranchi des lois de la physique, c'est bien connu, le son étant présent dans une dimension parallèle n'obéissant pas aux lois du monde matériel.
Zilwicki a écrit :
lanone a écrit :Pour moi le son n'est pas une variation de pression ...

Pour toi peut-être, mais pas pour le reste du monde Big Grin

L'audiophile est un être affranchi des lois de la physique, c'est bien connu, le son étant présent dans une dimension parallèle n'obéissant pas aux lois du monde matériel.

Ton argumentation est toujours aussi convaincante !

Amicalement,
Etienne
Désolé mais il n'y a pas de balise MODE_HUMOUR_ON dans Melaudia.

Dois je conclure de ton intervention qu'on peut ici se moquer de ceux qui raisonnent techniques audio et mesure (mastro and co), mais pas de ceux qui défient les lois de la physique pour une écoute absolue.
tientien a écrit :Hello,

Mais en quoi ce que je dis est contraire à la théorie ? Je vais juste un peu plus loin.... le micro détecte une pression, c'est ce que la théorie dit ! Et je suis d'accord !

La différence est infime, ce n'est pas une pression atmosphérique, c'est une pression différentielle.....quand un hp bouge, il fait bouger des particules d'air qui se mettent en mouvement ! Un mouvement entretenu dans un milieu élastique provoquerait plutôt une accélération.

D'autre part, le son doit être en accord avec la théorie, avec l'équation fondamentale : celle de Gay-Lussac. On doit donc étudier les variations de ses différentes composantes en fonction du temps.
Si je compte bien cela fait cinq variables, le température, la pression et les trois variables du volume.

On ne peut détecter la température, donc elle ne varierait pas ! On peut donc la remplacer par zéro, si on suit les règles de l'algèbre élémentaire. Le volume ne changeant pas, la variation de pression est aussi égale à zéro. C'est en concordance avec ce que je dis !

Il ne reste que la variation du volume... comme ses dimensions ne varient pas, c'est donc dans le volume qu'elles se font.... le mouvement des particules.

C'est une autre façon de voir les choses.... différemment.

Amicalement,
Etienne

Un microphone ne détecte pas une pression.

C'est un transducteur, dans le cas des microphones de pression il transforme la pression en tension et dans le cas des microphones à gradient de pression il transforme la dérivée de la pression en tension.

Une détection se fait avec une circuiterie électronique placée derrière un microphone. Une détection de pression c'est l'information qu'une pression est supérieure ou inférieure à un seuil.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22