Poster une réponse  Créer un sujet 
Pages (2): « Première [1] 2 Suivante > Dernière »
Quand un physiologique automatique ?
Auteur Message
calculette
Junior Member
**


Messages : 31
Groupe : Enregistré
Inscription : 16/05/2019
Statut : Hors ligne
Message : #1
Quand un physiologique automatique ?

A priori un tel appareil n'existe pas sur le marché.
C’est tout à fait regrettable car avec le numérique il serait tout à fait possible de taguer le niveau de référence en DB parvenant à l'auditeur placé dans la salle à la bonne distance.
L'audiophile n'aurait plus qu'à caler son système à niveau réel (attention certains groupes rock déchirent les tympans) ensuite le Correcteur physiologique automatique (placé au niveau du DAC) ajusterait la courbe de réponse en fonction du volume choisi.
Malheureusement les CD actuels ne contiennent pas cette info et ils sont enregistrés à des niveaux extrêmement hétérogènes.
Un Deutsch grammophon est toujours enregistré très bas (la fin du boléro de Ravel n’atteint même pas 3 % du niveau de la saturation numérique sur 16 bits ( si 130 db =2 puissance 16= 65536 niveaux de tension) et que le niveau à reproduire est de 100 DB alors il est 30 db en dessous.
Ce qui fait 3% du niveau tension de sortie maximum.
En revanche sur un Vertigo les crêtes sont calées juste en dessous de la saturation numérique. On peut facilement dépasser 2 volts en sortie de DAC sans pour autant qu’il faille avoir 130 Db dans les oreilles.
Aujourd’hui avec le numérique la tendance est à rester neutre vis-à-vis des compensations à prise de son (pas de physiologique) .
Cependant ça donne parfois des œuvres inécoutables sans correction.
J’ai un CD du groupe MUSE je suppose qu’ils ont joué à 100 DB de moyenne avec des pointes à 115 DB pour un auditeur virtuel à bonne distance. Pour obtenir la même musicalité chez vous, vous êtes obligés de reproduire ce niveau (penser à fermer les fenêtres car les maisons à 50 mètres de chez vous vont en profiter).
J’ai amené ce CD chez un vendeur de QUAD ESL (une chaine à 20 000€) il a eu peur de casser les électrostatiques et il n’y avait toujours pas atteint un résultat musical !!!!
Il y a quelques années j’étais au premier rang à Vienne avec un ténor à 3 mètres devant moi c’est incroyable le niveau sonore de ce monsieur (un Hongrois) bien sûr on peut reproduire ce niveau chez soi avec un bon système …..Mais ce n’est pas ce qu’on fait en général.
On a mis aux orties la vielle touche LOUDNESS d’accord mais quoi pour la remplacer ?
Du coup comment fait-on ?
Je rappelle que les audiophiles ont des oreilles non linéaires en fréquence selon le niveau sonore (perception relative) voir HIRAGA les Hps, car ce sont des humains et pas des appareils de mesure (encore que parfois je me le demande à lire certaines remarques sur les dacs)

Denis,

Ma solution= Ne plus écouter les œuvres qui nécessitent trop de niveau mais c'est dommage. (Je vais finir comme Françis Ibre à écouter de la mandoline, c'est beau la mandoline sur un gros système Big Grin)

24/08/2019 17:31:34
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Ragnarsson
Jomsviking
*****


Messages : 1 141
Groupe : Enregistré
Inscription : 05/05/2016
Statut : Hors ligne
Message : #2
RE: Quand un physiologique automatique ?

Cela exise déjà en utilisant un player logiciel intégrant un réglage de volume, sinon chez Trinnov.

24/08/2019 17:35:32
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
narshorn
** Araïnomane **
*****


Messages : 1 924
Groupe : Enregistré
Inscription : 23/02/2012
Statut : Hors ligne
Message : #3
RE: Quand un physiologique automatique ?

Ragnarsson a écrit :
Cela exise déjà en utilisant un player logiciel intégrant un réglage de volume, sinon chez Trinnov.


Et aussi dans les systèmes embarqués (automobile)

Cordialement

.


Le bien est souvent l'ennemi du mieux. On s'arrête souvent trop tôt
24/08/2019 17:52:12
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
tonipe
Posting Freak
*****


Messages : 860
Groupe : Enregistré
Inscription : 17/06/2012
Statut : Hors ligne
Message : #4
RE: Quand un physiologique automatique ?

Bonjour

Citation :
je suppose qu’ils ont joué à 100 DB de moyenne avec des pointes à 115 DB pour un auditeur virtuel à bonne distance.


Deux remarques :

Avant d'annoncer des chiffres de niveau sonore, avez vous réellement mesuré le niveau sonore que vous avez chez vous sur votre chaîne ?
Quand je dis mesurer, c'est avec un système de mesure étalonné en dB, et un micro capable de supporter les niveaux que vous annoncez.

Et vos oreilles ?
100 dB de niveau moyen c'est énorme, et vos oreilles morflent sérieusement.

Cordialement, Dominique

Ce message a été modifié le: 24/08/2019 21:34:32 par tonipe.

24/08/2019 21:34:04
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
calculette
Junior Member
**


Messages : 31
Groupe : Enregistré
Inscription : 16/05/2019
Statut : Hors ligne
Message : #5
RE: Quand un physiologique automatique ?

tonipe a écrit :
Et vos oreilles ?
100 dB de niveau moyen c'est énorme, et vos oreilles morflent sérieusement.

Cordialement, Dominique


Je confirme beaucoup de groupes po/rock qui ont des mélodies intéressantes jouent à tel niveau qu'il faut des boules Quies pour les écouter en concert.
Du coup on peut reproduire chez sois ce qu'on a entendu avec les boules Quies donc avec la perte de musicalité c'est frustrant.
(.......Le vinyle corrigeait un peu cela.)

Ragnarsson a écrit :
Cela exise déjà en utilisant un player logiciel intégrant un réglage de volume, sinon chez Trinnov.


Je vais regarder mais.
A mon avis ça ne peut pas être automatique car je ne crois pas que les CDs soit taggés avec une information du niveau de référence à reproduire ( niveau reél) et le cd ne peut donc par commander automatiquement un quelconque appareil à partir d'un codage d'origine
On est bien obligé de deviner le niveau qu'il y avait au concert et d'évaluer pifométriquement la différence avec le niveau auquel on veut écouter.
Maintenant si un appareil permet de taper un chiffre une fois que le niveau du concert pifométrique est deviné par l'audiophile pour se placer par ex à -20db par rapport à lui et avec les corrections qui vont avec c'est déjà bien.

Denis,


Denis,[/b]

25/08/2019 11:58:16
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
TOF70
Fougerolles 70
***


Messages : 179
Groupe : MELAUDIA.membre
Inscription : 24/07/2016
Statut : Hors ligne
Message : #6
RE: Quand un physiologique automatique ?

calculette a écrit :
A mon avis ça ne peut pas être automatique


Bonjour Denis
Si, la collection est scannée et taguée Wink
Même si c'est un CD ''physique'' qui apparaît dans le logiciel ( JRMC; KODI; FOOBAR; etc ..... )
Mais cela impose un PC, et certains sont réfractaires Tongue
Cdlt

25/08/2019 12:26:29
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
narshorn
** Araïnomane **
*****


Messages : 1 924
Groupe : Enregistré
Inscription : 23/02/2012
Statut : Hors ligne
Message : #7
RE: Quand un physiologique automatique ?

calculette a écrit :
Un Deutsch grammophon est toujours enregistré très bas (la fin du boléro de Ravel n’atteint même pas 3 % du niveau de la saturation numérique sur 16 bits ( si 130 db =2 puissance 16= 65536 niveaux de tension) et que le niveau à reproduire est de 100 DB alors il est 30 db en dessous.
Ce qui fait 3% du niveau tension de sortie maximum.

Celui de la Turangalila-Symphonie de Messiaen, enregistré à la Bastille, atteint pourtant un niveau numérique conséquent en sortie, environ 0.9/1.0 sur la fin :



Ce que vous appelez "toujours enregistré très bas" c'est quand le niveau sonore moyen n'est pas à -3dBfs tout le temps (typiquement la musique enregistrée d'aujourd'hui).
Pour le classique symphonique on cherche le respect de la dynamique en général, soit une belle différence entre passages ppp et ffff.
Donc on enregistre à un niveau globalement plus bas, pour ne pas saturer les crêtes.
(Nota : c'est une vision simplifiée, car en réalité en multi pistes on cherche à maximiser la définition et la qualité sur chaque piste, donc n'enregistrer pas "trop bas".
C'est au master, bien après le mix, que le niveau général est finalisé, celui que les gens auront chez eux).

La saturation numérique c'est quand le signal atteint 0dBFs.

Votre calcul est erroné car le CD ne peut rendre plus de 96dB de dynamique.
(et encore, sur pas mal de DACs, les signaux situés sous les -60dB sont en général fortement dénaturés).
Au 0dBFs numérique correspond (théoriquement) le max voltage en sortie de votre DAC.

Le Red Book permet je crois un certain nombre de samples consécutifs à une valeur "plateau" sur les crêtes, moyennant une légère compression de niveau avant master (typiquement -0.2dB),
ce que les éditeurs utilisent quasi systématiquement aujourd'hui de manière à pouvoir remonter le niveau moyen du CD (souvent de +6dB sur les remaster actuels, exactement du genre de ceux délivrés par Qobuz)
et rogner les crêtes du signal original "sans que cela ne s'entende".
J'appelle cela le "son pour mini-chaine", vive l'audio 3.0, monde sans saveurs ni dynamique, du loud tout le temps mais écouté pas fort, pourquoi s'embêter ?
Personnellement pas convaincu par ces pratiques de marketing, cela s'écarte beaucoup de la démarche audiophile quant à la recherche et l'utilisation de sonogrammes de qualité.

Cordialement


Le bien est souvent l'ennemi du mieux. On s'arrête souvent trop tôt

Ce message a été modifié le: 26/08/2019 22:20:04 par narshorn.

25/08/2019 13:44:13
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
tonipe
Posting Freak
*****


Messages : 860
Groupe : Enregistré
Inscription : 17/06/2012
Statut : Hors ligne
Message : #8
RE: Quand un physiologique automatique ?

Bonjour

Citation :
Je confirme beaucoup de groupes po/rock qui ont des mélodies intéressantes jouent à tel niveau (100 dB) qu'il faut des boules Quies pour les écouter en concert.


Est-ce une raison pour mettre ses oreilles en danger ?
Après tout ce sont les votre, mais il faut signaler le danger.
Dans mon entreprise, lorsque je travaillais, les bouchons d'oreilles étaient obligatoire dès que le niveau moyen sur 8 H dépassait 80 dB, ou que les crêtes dépassaient 86 dB.
Vous parlez de 100 dB. Comment ont-il été mesurés ?

D'un autre coté cet été j'ai regardé en direct un spectacle de Flamenco à Grenade en Espagne.
Petite salle, 25 spectateurs, scène à 4 m, 1 guitariste, 1 danseuse, 1 chanteur, 1 percussionniste.
Je n'ai pas mesuré le niveau sonore, mais il était presque trop élevé pour moi.
Et là, tout était acoustique.

Cordialement

Ce message a été modifié le: 26/08/2019 14:41:09 par tonipe.

26/08/2019 11:52:20
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
calculette
Junior Member
**


Messages : 31
Groupe : Enregistré
Inscription : 16/05/2019
Statut : Hors ligne
Message : #9
RE: Quand un physiologique automatique ?

Bonjour,

Ci-joint un extrait d'un document SPMT (service de prévention et médecine du travail)
1. Introduction La perte auditive chez les musiciens classiques est une réalité. L’examen audiométrique des musiciens est pathologique dans 40 à 70% des cas1. Il y a plus de 150 ans que la perte auditive due à l’exposition à des niveaux de bruits industriels élevés a été décrite. Ce n’est que depuis les années 60 que la perte d’audition due à l’effet nocif de la musique est connue (avènement des concerts rock). Il n’y a qu’une dizaine d’années que la perte auditive due à la musique classique fait l’unanimité. Il s’agit d’une notion qui a longtemps été controversée. Or, pour le musicien d’orchestre classique, le retour auditif est indispensable. C’est ce feedback qui lui permet de s’harmoniser avec le restant de l’orchestre afin d’atteindre la justesse dans son jeu. L’oreille constitue un instrument de travail fondamental pour le musicien. Cependant, l’intensité sonore dans un orchestre peut être comparée à celle d’un atelier de chaudronnerie. A la différence que la musique est un bruit domestiqué et agréable à écouter. Certaines études ont ainsi démontré que l’intensité sonore dans des orchestres symphoniques ou lyriques s’élevait à des niveaux compris entre 85 et 110 dB(A) avec des pics de 130 dB(A).


Il est clair que chez sois on ne va pas écouter aussi fort !!!
Cependant sur le boléro de Ravel si on ne veut pas finir trop haut (<80 db) au début il faut bien tendre l'oreille !!!!
J'ai mesuré le signal sur un cd de EMI Charles Munch (Paris)
Au début oscillo réglé sur 10mV on voit du bruit qui ne vient pas de mon DAC mais de la salle et le plus petit signal audible au dessus du bruit est à environ 2 mV (disons 1/5 de division)

   
A la fin oscillo réglé sur 1 volt on atteint 3 divisions donc 3 volts (je n'ai peut-être pas attrapé le moment le plus fort.
Ce qui fait un rapport de tension de sortie de DAC de 1500
20Log(1500) donne 63,5 db de dynamique si chez sois on reste sous les 80 Db on aura le début à 16.5 db (c'est faible).
   

cdlt
Denis

09/09/2019 19:09:25
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Jean-ClaudeRL
Member
***


Messages : 232
Groupe : Enregistré
Inscription : 15/06/2016
Statut : Hors ligne
Message : #10
RE: Quand un physiologique automatique ?

Bonsoir Denis
Oui le boléro demande une réduction de dynamique. Je l'ai entendu par Celibache et Munich, il y a fort longtemps, c'est au moins 60dB de dynamique?
Une solution écouter le disque noir, avec sa dynamique de 35dB (environ) dans un salon à 40/50 dB c'est pas mal.
Cela fait de pp à ff 6dB par indication de volume, donc c'est quand même audible.

Sincères salutations
Jean Claude
Je m'étais planté dans les chiffres!


Quaerendo invenietis (J.S. Bach)

Ce message a été modifié le: 09/09/2019 21:03:49 par Jean-ClaudeRL.

09/09/2019 20:54:31
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse  Créer un sujet 

Voir une version imprimable
Envoyer ce sujet à un ami
S'abonner au sujet | Ajouter le sujet aux favoris

Aller à :