MELAUDIA :: forums

Version complète: Le facteur d'accélération
Vous regardez actuellement la version basse qualité d'un document. Voir la version complète avec le bon formatage.

PFB a écrit :
Note que le système de contrôle de la membrane est (chez PSI) actif sur toutes les voies.

Il est dommage que tu ne donnes pas la moindre indice sur ce qu'est le "controle de membrane" utilisé par ce constructeur.

Comme les produits PSi ont pour ascendance des produits Studer fabriqués si je ne me trompe sous la houlette de Alain Roux, je suis allé farfouiller dans mes documentations Studer.

Le mystérieux contrôle des membranes consiste à insérer une résistance Rs de faible valeur en série avec le haut-parleur.
La chute de tension qu'elle provoque, proportionnelle au courant qui la traverse est réinjectée à l'entrée de l'amplificateur en réaction positive. Ce qui fait de la sortie de l'amplificateur une source de tension à impédance négative. Vu de l'extérieur le haut-parleur se comporte comme si on avait réduit la résistance Re de sa bobine mobile. Conséquence, l'amortissement est plus important, Qe diminue.
Rien, rien, rien de nouveau.

Au point de vue des résultats de distorsion harmonique, on peut se rapporter à l'article de Munnig-Schmidt de Linear Audio qui a travaillé sur un projet de topologie comparable. Meilleur résultat : à la fréquence de 40 Hz, -3 dB pour la H3 quand le circuit est en service ! Pour contrôler les non-linéarités du déplacement de membrane, les technologies d'asservissement à capteur de mouvement font mieux.

Reste donc l'amortissement électrique du haut-parleur qui est devenu plus important. Qe a diminué comme si on avait augmente le (Bl). Cette maîtrise de la valeur de Qe permet une certaine liberté dans le choix de la charge acoustique. C'est déjà pas mal.

Toutefois on ne peut pousser trop loin la "négativisation" de l'impédance de sortie de l'ampli, il y a un risque d'instabilité du circuit en raison d'une possible résonance entre l'inductance à valeur fluctuante de la bobine mobile et la composante capacitive de l'impédance motionnelle. Il faut ajouter au circuit des compensations qui limitent l'étendue de son action en fréquence et en niveau.

Sur les schémas Studer, une compensation de la température de la bobine mobile n'est utilisée que pour le woofer. La résistance Rs est constituée d'une bobine de cuivre sensée avoir un comportement thermique similaire à celle de la bobine mobile. Il faut prévoir des sécurités pour éviter l'emballement de la compensation thermique....

Il y a donc bel et bien sur les Studer/PSi un système résonant travaillant dans la zone grave du domaine audio, résonant d'autant plus que la charge y est de type bass-reflex... pas favorables aux steps stupéfiantes.

*

Pour le filtrage, il me semble y reconnaître la méthode soustractive avec retard proposée en 1983 par Lipshitz et Vanderkooy. D'où l'utilisation de passe-tout d'ordre élevé dont Alain Roux évoque la difficulté de calcul et de mise au point avant que le tsunami numérique ne débarque
Là aussi, rien d'inconnu.

*

J'ai eu l'occasion d'écouter toute une après midi dans un cadre professionnel les A723 de Studer. Grosse déception.. ronflette et bruit de fond (NB le livre de Self sur les filtres actifs, un cours de pratique magistral, est paru une vingtaine d'années après...).
Les PSi actuelles semblent être plus attirantes.

*

Construire une enceinte en s'inspirant de la technologie PSi n'est pas hors de portée des membres des fora audio qui ont une bonne pratique de l'analogique.

forr a écrit :
Rien, rien, rien de nouveau.
Là aussi, rien d'inconnu.
Construire une enceinte en s'inspirant de la technologie PSi n'est pas hors de portée des membres des fora audio qui ont une bonne pratique de l'analogique.


Ce qui m'intéresse c'est un transducteur fidèle. Entre un comportement apériodique parfait et un système hasardeux, il y a je pense un peu de latitude pour un peu de nuance.

La plupart des brevets datent des années 30-50, qu'il n'y a donc rien de nouveau, soit blablabla et re blablabla.

Bon combien de produits analogiques sans rien de nouveau, à la portée du moindre bricolo tu vois? Personnellement juste je ne vois qu'une marque, le reste sont plein de bonne volonté, pleins d'idées, adorables...

PFB

thierry38. a écrit :
J'hésite encore pour l'achat pour ne pas encombrer inutilement le salon.
is it worth ?


M'évoque une recette façon "quasi-optimale" particulièrement réussie.
Le schéma du filtre montre bien le branchement en polarité inversée du tweeter, ( phi -> -180° en haut de bande)
en association avec le look du carré à 1 kHz.
La ruse, pour la courbe de phase publiée, est de l'avoir légèrement offsettée d'avance pure ( un petit cm) pour en redresser le profil.

PFB a écrit :
Ce qui m'intéresse c'est un transducteur fidèle. Entre un comportement apériodique parfait et un système hasardeux, il y a je pense un peu de latitude pour un peu de nuance.

Un bass-reflex n'est pas un système apériodique. Comme, à t'en croire, tu apprécies au delà de toutes mesures les réalisations que tu promeus, lesquelles ne sont apériodiques que dans ton esprit, on ne peut que faire le constat que soit tu es trompé par ton système auditif soit ton système auditif est amené à entendre ce dont tu es persuadé.
Les piques que tu déverses abondamment sur les audiophiles mélaudiens te sont tout aussi applicables.

forr a écrit :

PFB a écrit :
Ce qui m'intéresse c'est un transducteur fidèle. Entre un comportement apériodique parfait et un système hasardeux, il y a je pense un peu de latitude pour un peu de nuance.

Un bass-reflex n'est pas un système apériodique. Comme, à t'en croire, tu apprécies au delà de toutes mesures les réalisations que tu promeus, lesquelles ne sont apériodiques que dans ton esprit, on ne peut que faire le constat que soit tu es trompé par ton système auditif soit ton système auditif est amené à entendre ce dont tu es persuadé.
Les piques que tu déverses abondamment sur les audiophiles mélaudiens te sont tout aussi applicables.

@ Forr,
j'approuve ta revue des articles fondamentaux ainsi que les réalisations chez Philips (MFB, 80's ?) ou actuelles Yamaha, Krk pour des enceintes de mixage très résolvantes (gros filtrage interne, amplis dédiés à chaque HP,...), mais pas "agréables à écouter".
@ PFB,
le coté obscur gagne quand on lui cède !

forr a écrit :
Un bass-reflex n'est pas un système apériodique.


En régime transitoire, un système apériodique revient à sa position sans oscillations ce qui est le cas l'A25 de PSI et de tout autre système freiné, Meyer X10, Philips, Panasonic.

PFB

PFB a écrit :
...

C'est bien commercial comme boulot ?

PFB a écrit :
En régime transitoire, un système apériodique revient à sa position sans oscillations ce qui est le cas l'A25 de PSI et de tout autre système freiné, Meyer X10, Philips, Panasonic.

Un bass-reflex (comme utilisé par Psi et Meyer) n'étant pas, par nature, apériodique, tu contredis un fait physique solidement établi.

Par ailleurs, tu te répètes beaucoup (autant qu'un gourou de la place) et tes dires manquent cruellement de preuves établies de façon indépendante pour qu'on puisse les prendre au sérieux.

PS : position... de repos, si tu ne précises pas, tu vas déclencher des pensées scabreuses.

post #90 a écrit :
Ce moyen permet de convertir l'énergie excédentaire accumulée par le haut parleur en chaleur à la place d'émettre des sons qui n'existe pas. C'est juste le b-a ba de la fidélité. Il n'y a rien à décortiquer, la théorie est toute simple.

Soit un amplificateur à impédance de sortie négative (comme en utilise nos amis PSi) de -2.5 Ohm alimentant un haut-parleur en enceinte close présentant une impédance purement résistive de 50 Ohm à la fréquence de résonance et de 5 Ohm au creux de la courbe d'impédance plus haut en fréquence (c'est dans cette région qu'on estime la sensibilité d'un haut-parleur)
La tension de sortie de l'ampli est 5 V à vide, 5.26 V avec 50 Ohm de charge, et 10 V avec 5 Ohm de charge. Elle augmente donc aux basses valeurs ohmiques.
Sans le dispositif de résistance négative la tension de sortie serait constante, que la charge soit absente, de 50 Ohm ou de 5 Ohm.

On voit que l'application de la résistance négative a eu pour effet de diminuer la tension à la fréquence de résonance par rapport à celle au creux la courbe d'impédance. Cette technique permet d'augmenter l'amortissement du système à la fréquence de résonance de la membrane. Autrement dit, la valeur du Q plus faible, dans cet exemple, il est divisé par 2 environ.

Dans le vocabulaire pfbien, amortissement = frein.
Mais où est donc passée dans notre expérience l'énergie excédentaire accumulée par le haut parleur dont il est si friand ? Nulle part. Ca ne fonctionne pas de cette façon.

Ce qui se passe réellement, c'est que notre contrôle diminue l'excitation de la résonance en diminuant la tension appliquée dans sa zone par rapport à la tension en dehors de cette zone. A ma connaissance, tous les systèmes de contrôle de mouvement de membrane agissent sur la tension (ou parfois le courant) de commande.

Si on veut vraiment freiner la membrane d'un haut-parleur, on peut injecter du ferro-fluide dans son entrefer. C'est une technique en nette perte de vitesse...

En résumé :
ton interprétation du phénomène électrique en jeu dans les réalisations PSi et Cie ne tient pas plus debout que l'apériodicité que tu leur prêtes.
Cela ne les empêche pas, d'après ce qui se dit ça et là, d'être des produits honorables. Mais on n'est pas là pour avaler des dragées de ce qui a tout l'air d'être du marketing masqué.

forr a écrit :
Un bass-reflex (comme utilisé par Psi et Meyer) n'étant pas, par nature, apériodique, tu contredis un fait physique solidement établi.


Un bass reflex peut être apériodique, cela va dépendre comme pour n'importe quelle système oscillant du facteur de qualité Q.

forr a écrit :
Par ailleurs, tu te répètes beaucoup


Effectivement, le manque de curiosité, les "faits établis" des spécialistes du forum font que j'ai vraiment l'impression de dire la messe aux ânes.

forr a écrit :
tes dires manquent cruellement de preuves établies de façon indépendante pour qu'on puisse les prendre au sérieux.


T'en est ou? au procès de PFB? les preuves t'ira les chercher chez le fabricant. Mais vu que pour chaque point technique que je soulève c'est soit un truc "connu" ou "sans rien de nouveau" a la portée du moindre bricolo, je ne comprends pas pourquoi en quoi une preuve va t'être utile.

forr a écrit :
ton interprétation du phénomène électrique en jeu dans les réalisations PSi et Cie ne tient pas plus debout que l'apériodicité que tu leur prêtes.


Un système oscillant freiné aussi bien acoustiquement, que mécaniquement qu'électriquement, va le transformer en système apériodique. Point barre. Cours de mécanique élémentaire 2em semaine.

La nature des sons étant apériodique, par conséquent un transducteur apériodique sera plus fidèle qu'un système périodique amorti. C'est de la logique, pas besoin de preuves ou d'élucubrations.

Pour en revenir au sujet, subjectivement un son est une naissance et une fin, la perception subjective inclus le retour au silence. L'augmentation de niveau tout le monde sait faire, les différences subjectives résident dans la décroissance des sons.

A la place d'un FA de la mort qui tue, je favoriserai l'acoustique de la pièce.

PFB

forr a écrit :
Un bass-reflex n'est pas un système apériodique.


PFB a écrit :
Un bass reflex peut être apériodique, cela va dépendre comme pour n'importe quelle système oscillant du facteur de qualité Q.


PFB a théoriquement raison : un bass reflex qui est un système du quatrième ordre peut effectivement être apériodique. Mais forr a finalement raison car par essence et dans la pratique un bass reflex est un système oscillant.

Pour qu'un bass reflex soit apériodique il faut que les pôles de sa fonction de transfert soient strictement réels ce qui signifie que ce système se caractérise par la mise en série de systèmes du premier ordre.

En quoi cela consiste-t-il pour un bass reflex ? Il faut fortement amortir l'enceinte en augmentant les pertes et pour cela on augmente celles de l'évent en l'obstruant partiellement avec un matériau fibreux par exemple. Francis Brooke a fait des simulations dans ce sens.

Il montre qu'il faut des pertes très importantes (Qp de l'ordre de 0.5 à 2.5) avec un accord Fb/Fs de 0.5 à 0.7.

Lorsqu'on compare cette enceinte avec une enceinte close de Qtc=0.5 (également apériodique) on remarque que le volume de l'enceinte apériodique est un peu inférieur et la réponse en fréquence un peu plus favorable. Dans la pratique ça n'a aucun pas beaucoup d’intérêt.

voir https://sites.google.com/site/francisaud...periodique

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
URLs de référence