MELAUDIA :: forums

Version complète: Petits moniteurs à ma façon.
Vous regardez actuellement la version basse qualité d'un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Plein de choses très instructives, que je suis avec attention ...

Une petite réflexion et/ou question , étant en phase de mise au point d'une deux voix GPA 4148B + Altec 802 8T avec pavillon PH3220 :

- au final ne serait-il pas plus intéressant de faire les mesures en fonction de la distance et position d'écoute réelle ?

Je m'explique faire des mesures en champ proche, à 1 mètre donne une idée très intéressante et utile. Cependant quand on fait la mesure à 2,50/3 mètre avec le micro à hauteur d'oreille , les choses sont assez différentes ...

Avec le GPA 414 , il y a une belle remontée dans le medium en champ proche , qui s'atténue très fortement quand on est à la position d'écoute. So what ?

Jean
Bonjour,

Ordinairement, en complément des mesures de proximité, je suis un adepte des mesures en position d'écoute, et c'est ce que j'ai fait pour mon système principal.
Seulement là, nous sommes dans une toute petite pièce d'à peine plus de 2 m de large, et même si compte tenu de sa taille, la pièce est très correcte d'un point de vue acoustique, les mesures n'y sont pas simples,surtout pour un non spécialiste comme moi.
D'ailleurs, dès les beaux jours, si je trouve de l'aide pour déplacer les moniteurs, je compte bien faire des mesures en extérieur pour le grave.
Bonjour Gilles,

Je pense mesurer chaque HP et compression, montés dans la caisse mais non filtrés, avec le micro à environ 1 mètre, en position intermédiaire entre le 30 cm et la compression, sans jamais le déplacer.

Ordinairement, en complément des mesures de proximité, je suis un adepte des mesures en position d'écoute, et c'est ce que j'ai fait pour mon système principal.


Jean évoquais une mesure en champ proche à 1m. Méfions nous du vocabulaire, le champ proche (near field) est à quelques mm de la membrane (jusqu'à 1 à 2 cm). En champ proche on peut caractériser le haut-parleur sans interférences dûes aux effets de baffle ainsi qu'avec très peu de réverbations de pièce, même à basse-fréquence. Très bien pour vérifier un accord d'enceinte.

La mesure au point d'écoute semble pertinente quand on s'interroge sur les traitements acoustiques de la pièce, mais pas, à mon sens, pour mettre au point l'enceinte.
Une mesure intermédiaire, entre 0.5m et 1m, permet d'intégrer les effets de baffle propre à l'enceinte sans pour autant intégrer les effets de pièces (à traiter par ailleurs). En tout cas au dessus d'une fréquence liée à la largeur de la fenêtre temps que l'on peut mettre à partir de l'impulsion originale jusqu'à juste avant la première impulsion rebondie.

Le sujet de l'aiguillage acoustique conduit à permettre une somme attendue (en délai de groupe comme en SPL). Somme après des parcours sur axes concourants au point d'écoute. Je conseillerais un micro tour à tour sur ces (deux) axes, à une distance constante du point d'écoute fixé, en se retrouvant à un peu moins d'un mètre de l'enceinte.

Bien à toi, Jean-Marc.
Je préciserais que le champ proche est fonction de la longueur d'onde et peut donc aller de plusieurs mètres à quelques millimètres.
Le micro à 90° permet de se prémunir de sa directivité, ou à l'inverse horizontalement face au HP pour profiter de sa directivité, suivant ce que l'on cherche à mesurer.
Bonsoir Xavier,

Je préciserais que le champ proche est fonction de la longueur d'onde et peut donc aller de plusieurs mètres à quelques millimètres.

Un champ proche à plusieurs mètres !? Pour quelles longueurs d'ondes ?
Bonsoir,
ben ma foi pour des longueurs d'onde de plusieurs mètres.
Bonsoir à tous,
je m'insurge depuis des années contre cette dérive d'une mesure mal conduite (orientée vers ce qu'on veut prouver) et les interprétations qui en découlent.
Champ proche, diffus et réverbéré sont des concepts très solides en physique, la manière (et la façon) de les mesurer aussi.
L'Audio, "un domaine à part" ?
Sûr qu'avec trois points de mesure (1 cm, 1m, "sweet spot dans le fauteuil"), on est très loin de décrire un champ sonore dans un lieu et le positionnement des sources.
(dans les labos, on scanne sur des centaines de point)
Quant à la qualité musicale des HPs. au delà des mesures.., l'écoute est seule juge..
Wink Jean-Yves.
xn,

ben ma foi pour des longueurs d'onde de plusieurs mètres.

Donc à deux mètres (lambda à 170Hz), tu mesures un caisson de grave en champ proche !? Champ proche conduisant à la même allure de courbe SPL quelle que soit la position du micro dans la pièce, pourvu qu'il soit à deux mètres ? Curieux de la démonstration...
jys,

je m'insurge depuis des années contre cette dérive d'une mesure mal conduite (orientée vers ce qu'on veut prouver) et les interprétations qui en découlent. Sûr qu'avec trois points de mesure (1 cm, 1m, "sweet spot dans le fauteuil"), on est très loin de décrire un champ sonore dans un lieu

Désolé d'avancer une "dérive" sur le projet de Gilles. J'abandonne cette drôle d'idée, ce qui aura le mérite de pouvoir investir les deux à trois heures qui m'auraient été nécessaires, dans des projets strictement personnels.
jean-marc,
il est clair que pour Gilles, le décalage géométrique des sources ne peut se résoudre aisément avec un filtre passif, alors qu'un délai numérique est simple (en Bi-ampli !)
(Gilles n'est ni acousticien ni physicien...) aider à la mise au point de son deux voies classique est une opportunité sans certitudes.
désolé de t'avoir froissé.
jean-yves
Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32
URLs de référence