MELAUDIA :: forums

Version complète: Mesures de pavillon Altec 805 et de 299 - 16 ohms
Vous regardez actuellement la version basse qualité d'un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Dans le cadre mon future prochain projet, je me suis lance dans la mesure de mes pavillons multicellulaires Altec 805 et des compressions 299 16 ohms.
[attachment=10612]

le micro était placée a 0.70 m de la face avant du pavillon et donc a environ 1.20 m de la membrane.

j ai filtré en 1 er en 12db a 400 hz.
[attachment=10608]

puis filtré en 6 db 18mF toujours a 400 hz
[attachment=10609]

puis filtré a 6 db mais avec 12 mF a 400 hz
[attachment=10610]

et enfin une mesure a 6 db et 10 mF a 400 hz
[attachment=10611]
Je pense que pour le pavillon tu voulais dire 805.
La derniere courbe est interessante.

Pour des grands multicellulaires, la mesure en sweep, en champ relativement proche, micro fixe, est assez pauvre en information, même ultra-lissée comme ici. Elle permet simplement l'alignement temporel, mais devrait alors être effectuée à plus grande distance.
Pour ce type de configuration, il est intéressant de faire une mesure en bruit rose filtré en tiers d'octave, avec un balayage manuel qui permet de faire une intégration spatiale. Ceci facilite grandement l'égalisation des niveaux relatifs des HP.

Pascal

merci jeanphilippe, c'est corrigé.

Pascal, quels avantages a t'on de faire les mesures en 1/3 octave, hormis que la courbe soit presenté plus accidenté ?

je pensais qu'il etait important de laisser le micro fixe afin d'avoir un point stable de reference en cas de mesures multiples, je soupsconne que deux mesures successives avec un micro tenu a la main que l'on bouge aléatoirement ne donnera pas les memes reponses ?
Je pense que Dominique-Tanguy peut te donner des conseils sur la maniere de mesurer tes pavillons multicellulaires, il a des 1505.

Bamboufou a écrit :
merci jeanphilippe, c'est corrigé.

Pascal, quels avantages a t'on de faire les mesures en 1/3 octave, hormis que la courbe soit presenté plus accidenté ?...


Bonjour Bamboufou,

En fait, c'est le contraire, la courbe en 1/3 d'octave est beaucoup plus clémente. La courbe présentée sera plus lisse. Si tu passes en 1/12 ou 1/24, là ça risque d'être plus accidenté.

Bonne journée,

Sébastien

Sébastien a écrit :

Bamboufou a écrit :
merci jeanphilippe, c'est corrigé.

Pascal, quels avantages a t'on de faire les mesures en 1/3 octave, hormis que la courbe soit presenté plus accidenté ?...


Bonjour Bamboufou,

En fait, c'est le contraire, la courbe en 1/3 d'octave est beaucoup plus clémente. La courbe présentée sera plus lisse. Si tu passes en 1/12 ou 1/24, là ça risque d'être plus accidenté.

Bonne journée,

Sébastien


+1

JR

bonjour Sebastien
j'ai deja fait des mesures a ces differentes valeurs depuis le 1 jusqu'au 1/24 , mais justement , observer des accidents important sous 1/3 d'octave est interessant que si l'on peut eventuellement intervenir pour corriger ces accidents de courbes.
dans l'etat actuel des choses, ma mesure ne me sert que pour me donner une idée de la forme generale de la courbe et de ces limites.
je vais cependant essayer de faire des mesures a main levée comme le suggère Pascal, pour un multicellulaire cela semble logique.
L'intérêt du tiers d'octave est que les bandes sont assez larges pour produire un lissage exploitable, et assez étroites cependant pour qu'on ne passe pas à côté de vrais accidents, qui sont totalement lissés si on utilise l'octave.
En outre, les psycho-acousticiens prétendent que c'est la largeur de bande qu'analyse l'oreille humaine. Pour l'égalisation en niveau, ce serait donc idéal.

Travailler en moyennage spatial ne peut évidemment pas se faire avec un sweep, il est donc nécessaire de le faire en bruit rose (ou blanc, mais on n'aura plus une cible horizontale). Pour comprendre l'intérêt de cette mesure, il suffit de faire des mesures "classiques" d'IR par sinus glissant en plaçant le micro à différents endroits, et on comprend tout de suite.
Le micro, tenu à la main, est déplacé pendant les 10 à 20 secondes nécessaires pour observer la stabilisation de la trace sur l'écran, en balayant tranquillement une zone de 50 par 50 cm ou plus.

Pascal

pvrx a écrit :
L'intérêt du tiers d'octave est que les bandes sont assez larges pour produire un lissage exploitable, et assez étroites cependant pour qu'on ne passe pas à côté de vrais accidents, qui sont totalement lissés si on utilise l'octave.

En outre, les psycho-acousticiens prétendent que c'est la largeur de bande qu'analyse l'oreille humaine. Pour l'égalisation en niveau, ce serait donc idéal.

Pascal


Bonjour Pascal,

Exactement. C'est ce que m'a dit aussi un concepteur d'enceinte québécois l'hiver dernier lorsque je travaillais sur le filtre de mes petites Onken.

Certes, on peut couper les cheveux en quatre sur du 1/24 d'octave par exemple pour des accidents que l'oreille ne détectera jamais.

Sébastien

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8
URLs de référence